D'où vient le nom de Bradi

Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty D'où vient le nom de Bradi

Message  François Durazzo le Lun 25 Fév - 16:02

Bonjour,
Après les hypothèses de Ghjattonu quelque peu fantaisistes, j'ai appelé mon cousin Bruno, le fils de Jacqueline de Roccaserra, qui est un expert en généalogie des familles sartenaises. Il me dit que les Bradi sont une famille sartenaise, dont l'ancêtre connu est un Del Brado, présent lors du sac de Sartène par les Sarrasins.
Cependant Ghjattonu a raison sur deux points :
1) Bradi est un nom extrêmement rare en Corse, et aussi rare en Italie.
2) Les Bradi sardes dont une branche de la famille sartenaise.
A bientôt,
François

François Durazzo

Messages : 85
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Altobello del Brado

Message  nicurosu le Lun 25 Fév - 21:56

Salutu u pueta Francescu Micheli.
(Je salue le poète ...)

Votre cousin Bruno a raison: lors du sac de Sartène par Mami Longho Corso (un renégat cap-corsin), sous les ordres du corsaire Hassan Veneziano, un Altobello del Brado a été emmené en esclavage à Alger avec sa femme et deux de ses enfants. Son frère Raffaelo avait été chargé de la gestion de ses biens par l'Administration locale. La veuve de Vincente del Brado et ses deux enfants connurent le même triste sort.

Je suis tenté de penser que Brado désignait un lieu de Sartène, vu la formulation et ce qui suit:
Michel Lorenzi de Bradi, dont l'intérêt pour la question ne peut surprendre, dans son premier ouvrage, publié en 1912, sous le titre L'ART ANTIQUE EN CORSE, mentionne "les ruines du château du Comte Raffaello di Bradi", qu'il situe au droit de Alo Bisujè sur la crête longeant à gauche la route de Sartène à Grossa (le casteddu d'Aravu, probablement).
Il poursuit: "Il y a quelques siècles, cet esprit de volonté farouche, de bravoure sans frein, lutta contre les Sarrazins pour défendre ses domaines, ses pâtres et ses bouviers. ... Sur les hauteurs de Bassaccio, il bâtit la première maison de Sartène, dans un petit coin qu'on appelle encore aujourd'hui le clos des Bradi. Un Butafoco et un d'Ortoli l'y rejoignirent. Quelques année après, la ville se développa sur la pente opposée."

J'ajoute que, si je ne m'abuse, il existe une STRETTA DI BRADI à Sartène.

L'information paraît intéressante; il faut bien sûr faire la part de ce qui relève de l'inventivité du poète, d'autant plus contraint à faire appel à son imagination qu'il dit en introduction de son opuscule que du fait des nombreuses dominations, il en est résulté pour la Corse, "une indigence d'art déplorable".

J'espère que Salina lra ce message: dans la liste des Sartenais capturés, l'un d'eux eut ses biens confiés à son beau-frère Bonacorso da Viggianello.

Continuons le débat!
Nicurosu

nicurosu

Messages : 97
Date d'inscription : 03/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Je crois que j'ai la solution

Message  Ghjattonu le Mar 26 Fév - 0:08

Cher Nicurosu,
Après quelques appels à des amis plus savants que moi et meilleurs phonéticiens, je crois que j'ai la solution.
On me dit qu'il n'y a aucune raison pour qu'un del Prado espagnol voie son nom transformé en del Brado, car le p ne devient pas B chez nous sauf rare exception.
En revanche, il existe un village de la Castagniccia qui s'appelle U Pratu, qui se prononce u Bradu. Quelqu'un de Prato, en corse "di u Bradu", deviendrait italianisé "del Brado".
U Pratu, voulant dire le pré a pu donner d'autres lieux-dits en Corse. On n'est donc pas obligé de passer par le village de U Pratu, même si la consonnance est bien supranaccia.
Il existe aussi une ville qui s'appelle Prato près de Florence.
Les lieux que vous citez et qui font référence aux Bradi devraient plutôt leur nom à cette famille qui se serait très tôt installée dans le Sartenais.
Qu'ensuite on dise les Bradi, semble aussi naturel que de dire les Fozzani.
La particule est ajoutée au XIXe siècle, comme c'est fréquent chez beaucoup de membres de la noblesse corse.
Les Bradi installés en Sardaigne sont très probablement liés à cette famille.
Il faudrait que Michel Lorenzi de Bradi se manifeste et dise ce qu'il sait sur la question.
Merci encore pour vos précisions, toujours aussi savantes que d'habitude.
Cela dit, comme vous le démontrez, on ne fait pas d'histoire avec des suppositions, même pertinentes, du moins il faut les vérifier.
Ghjattonu
Ghjattonu
Ghjattonu

Messages : 139
Date d'inscription : 07/02/2008
Localisation : Sartène

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Re: D'où vient le nom de Bradi

Message  Admin le Mar 26 Fév - 11:42

Ghjattonu a écrit:Il faudrait que Michel Lorenzi de Bradi se manifeste et dise ce qu'il sait sur la question.
Ghjattonu

Bonjour à tous,

Et merci pour toutes ces réflexions pasionnantes.
La question est de savoir si Michel Lorenzi de Bradi lit le forum.
Il est certain que lui seul, avec sa soeur Anne-Louise, pourraient apporter un éclairage frappé du sceau de l'authenticité sur cette question de l'origine du patronyme "Bradi".

_________________
U mocu neru
Admin
Admin
Admin

Messages : 307
Date d'inscription : 30/01/2008
Localisation : Arghja di a petra

Voir le profil de l'utilisateur http://belvederecampomoro.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty De bradi

Message  ribellinu le Mar 26 Fév - 16:20

Je suis sûre qu'anne louise (ou aolrs son mari Jean) le lit ce forum... pour michel je ne sais pas.
ribellinu
ribellinu

Messages : 53
Date d'inscription : 21/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Re: D'où vient le nom de Bradi

Message  Nimu le Mar 26 Fév - 16:33

ribellinu a écrit:Je suis sûre qu'anne louise (ou aolrs son mari Jean) le lit ce forum... pour michel je ne sais pas.

Bonjour Ribellinu,

Merci de l'information.
Bon, Nous attendons donc d'autres avis plus éclairés !
Nimu
Nimu

Messages : 256
Date d'inscription : 04/02/2008
Localisation : Fianca l'ossu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Les Comtes de Bradi, mythe ou réalité?

Message  François Durazzo le Mer 27 Fév - 22:08

Chers amis,
Je ne suis pas historien, mais linguiste de formation, et à ce titre, je me permets de répondre à zì Ghjattonu, très amicalement.
Les différents sens trouvés au nom Bradi par Ghjattonu étaient certes phonétiquement et apparemment réalistes, mais contraires à l'onomastique des familles nobles.
D'autre part, on ne sait rien de la phonétique du corse au haut moyen-âge et il est difficile d'établir que la sonorisation de Prato en Brado soit spécifique au supranacciu de cette époque plutôt qu'au suttanacciu.
En revanche l'étymologie latine Pratum>Prato>Brado>Bradi me semble incontestable.
Cependant rien ne dit à priori que cette famille soit originaire de U Pratu en Castagniccia. Ce ne peut-être qu'une piste de travail.
Personnellement, je ne suis pas aussi confiant que l'ami Ghjattonu en mon intuition et je me rangerais plutôt du côté du prudent Nicurosu. Il faut en effet faire la part des choses, quand on lit Lorenzi de Bradi, qui est un poète, et dont l'oeuvre a des accents post-romantiques.

Quant aux ruines d'un éventuel château des Bradi habilement mentionnées dans un de ses ouvrages, elles permettaient d'asseoir le nom sur une tradition.
Mythe ou réalité?
Il faut voir.
François


Dernière édition par François Durazzo le Dim 16 Mar - 17:00, édité 1 fois

François Durazzo

Messages : 85
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Re: D'où vient le nom de Bradi

Message  svegliu le Mer 27 Fév - 22:21

Nimu a écrit:
ribellinu a écrit:Je suis sûre qu'anne louise (ou aolrs son mari Jean) le lit ce forum... pour michel je ne sais pas.

Bonjour Ribellinu,

Merci de l'information.
Bon, Nous attendons donc d'autres avis plus éclairés !


Bonsoir Ribellinu,

Merci aussi pour l'information.Je pense de toutes les façons que toutes les personnes qui ont internet à Belvédère, Campomoro et Portigliolo lisent ce forum.

Svegliu

svegliu

Messages : 26
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Re: D'où vient le nom de Bradi

Message  Admin le Jeu 28 Fév - 12:31

svegliu a écrit:
Nimu a écrit:
ribellinu a écrit:Je suis sûre qu'anne louise (ou aolrs son mari Jean) le lit ce forum... pour michel je ne sais pas.

Bonjour Ribellinu,

Merci de l'information.
Bon, Nous attendons donc d'autres avis plus éclairés !


Bonsoir Ribellinu,

Merci aussi pour l'information.Je pense de toutes les façons que toutes les personnes qui ont internet à Belvédère, Campomoro et Portigliolo lisent ce forum.

Svegliu

Bonjour Svegliu,

C'est ce que nous souhaitons avec Oeil-de-sainte-lucie.
Mais il serait mieux que nombre d'entre nous franchissent le pas entre lire et écrire.
Consulter le forum est une chose, y poster des messages une autre.
Attendons encore que les internautes de la région aient compris que ce forum est apolitique et ne constitue une émanation d'aucune liste.

Je suis sûr qu'il y a encore des doutes dans l'esprit de certains.

_________________
U mocu neru
Admin
Admin
Admin

Messages : 307
Date d'inscription : 30/01/2008
Localisation : Arghja di a petra

Voir le profil de l'utilisateur http://belvederecampomoro.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Les Bradi (suite... mais pas fin)

Message  François Durazzo le Lun 10 Mar - 1:53

Chers amis,

Quelques réflexions sur la noblesse corse

La noblesse corse, comme c'est d'ailleurs le cas d'une très grande partie de la noblesse italienne, n'était pas titrée, sauf rare exception. Dans les archives de Corse, on trouve en général la simple mention "il nobile..." pour désigner un noble. Permettez-moi de prendre comme exemple ma propre famille. Je dispose pour ma part de l'original transmis par mon père de l'acte de reconnaissance des Durazzo de 1772 par la France et c'est ainsi que mes ancêtres sont désignés. Quand Théodore devient roi, il souhaite créer une noblesse titrée et fait Michele Durazzo, comte della Rocca. Je ne crois pas que lui-même ait utilisé par la suite ce titre. En revanche on voit sur la stèle déposée dans l'église Saint-Antoine par les descendants du frère de Michele, la référence à la Rocca. Les Durazzo de Fozzano disaient en effet descendre des anciens seigneurs de la Rocca, mais c'est plutôt une tradition orale, certes plus que vraisemeblable, qu'une vérité assurée, car lors de la reconnaissance de leur noblesse par la France, n'ayant pas besoin de pouver leur noblesse au delà de deux cents ans, il ont négligé de remonter plus haut. Cela dit, les spécialistes considèrent que toutes les grandes familles du sud sont issues des seigneurs de la Rocca.

Les Bradi

Mais revenons aux Bradi. Je ne sais pas si le Del Brado, ancêtre des Bradi de Sartène, était mentionné avec l'épithète "il nobile". Quoiqu'il en soit, ses descendants devaient être considérés comme tels, puisqu'on les trouve alliés aux Rocaserra, et l'écrivain Pauline de Bradi, de petite noblesse, épouse un Bradi sartenais.
Cette Pauline, se fait appeler la comtesse de Bradi, non pas parce que les Bradi ont un titre de comte, mais elle-même étant née comtesse, elle ressent le besoin de porter son titre de jeune fille assortie du nom de son mari
parce qu'en France, contrairement à l'Italie, ne pas avoir de titre veut dire qu'on est de petite noblesse. En corse, cela est bien différent. Mais qui connaît la noblesse de notre île, boulevard Saint-Germain?

L'alliance entre un Lorendi et une Bradi

Je ne sais pas encore exactement le lien de parenté entre la demoiselle Bradi, qui épousera un bon instituteur nommé Lorenzi et né à Belvédère, lui-même fils de métayer, mais il est sûr que c'est la même famille, cette Bradi est de la famille du mari de pauline de Bradi. L'alliance entre un roturier et une jeune fille noble en Corse n'était pas impossible, surtout quand celui-ci était cultivé, avait de l'allure et des biens et que d'autre part la jeune fille noble ne pouvait disposer d'une dot attractive, à moins que l'amour n'en soit la cause, car il était parfois plus puissant que les préjugés. En ce qui concerne ce mariage, je ne sais pas pourquoi il fut possible. Toujours est-il que Michel Lorenzi le fils de ce couple reçut une excellente formation intellectuelle grâce à son père et qu'il tenta sa chance à Paris.

Se faire un nom à Paris

Il faut comprendre la difficulté pour un Corse de s'imposer dans la société parisienne, notamment à cause des ouvrages de Mérimée, jusqu'au début du XXe siècle. Michel Lorenzi se maria avec Lucchinette Durazzo, fille de Dom Jacques Léonard. Lucchinnete était d'ailleurs une lointaine cousine par les Roccaserra. Michel Lorenzi fréquentait à Paris Nicolas Pietri (Sartène-1873-Ajaccio, 1973), directeur du journal "L’Homme libre" et légataire testamentaire de Georges Clémenceau. Mais ce n'était pas assez. Pensez à Bel Ami de Paupassant, aux relations parisiennes. Le simple nom de Lorenzi limitait considérablement l'ascension de Michel Lorenzi. Ajouter "de Bradi", comme sa tante connue comme la comtesse Pauline de Bradi, auteur d'ouvrages sur la Corse, lui ouvrait des portes. Lorenzi de Bradi fut donc son nom de plume, avant qu'il ne l'accole définitivement au nom de Lorenzi. Il ne fut pas le seul Corse à donner à son nom une allure plus noble, les Rocaserra, les Ortoli, les Peretti, les Pietri et bien d'autres familles corses cédèrent à la mode française de la particule.
A titre d'exemple on citera les héritiers de Peretto de la Maison de la Rocca qui portaient le nom de Peretti. Après l'annexion de la Corse par la France, on trouve des Peretti, de Peretti, Peretti della Rocca, tous parents, de même que les descendants d'Ortolo s'appelent soit d'Ortoli, soit simplement Ortoli. J'ai cité un instituteur, du nom de Charles Durazzo, qui s'affublait du titre pompeux de Vicomte de Campomoro, que personne ne reprit.
Parmi les continentaux pensez à nombre d'auteurs qui firent pareil : Balzac, le comte de Lautréamont (en réalité Isidore Ducasse), etc, mais ceux-ci n'étaient pas nobles.

Les ruines du château des Bradi

La référence dans l'ouvrage mentionné par Nicurosu, à des comtes de Bradi, dont le château serait en ruine, me semble une création destinée à accréditer ce titre, rien de plus. Certes, il y eut bien au XIVe siècle un château à Bisogène (Bisughjè) à proximité de Grossa qui fut détruit comme tous les autres châteaux de la Rocca, mais si on ne peut mettre en doute qu'il fut le fief de seigneurs de la Maison de Rocca, dont descendent quelques-uns des ancêtres de notre écrivain, jamais ce château n'appartint à des seigneurs portant le nom de Bradi.
En France, être noble sans avoir de château était suspect. Et si l'on avait une belle demeure, on y ajoutait des tourelles. La Corse, semblable en cela à l'italie, n'a pas cette tradition. Les plus belles villas de la noblesse florentine n'ont pas de tours. Il fallait donc à Mihcel Lorenzi s'auréoler de quelques ruines.

Et aujourd'hui?

Que savait André Lorenzi à ce sujet ? Qu'a-t-il transmis de ce que son père lui avait dit à ses enfants? Je n'en sais rien. Toujours est-il que l'endogamie (Durazzo, Rocaserra, Pietri, Ortoli, Abbatucci, Colonna d'istia) appartient au passé, les mariages entre nobles étant devenus rares dans l'ensemble de notre île, après la deuxième guerre mondialle. La plupart d'entre nous, et c'est tant mieux, ayant choisi un conjoint pour ses qualités et non pour ses antécédents familiaux, nous sommes guéris de ces vanités depuis belle lurette, devenues aussi ridicules qu'inutiles. Aujourd'hui personne chez nous n'aurait besoin pour arriver, comme ce pouvait être le cas de Michel Lorenzi, il y a cent ans, d'autre chose que de son propre mérite et nous sommes tous convaincus que rien ne serait plus ridicule que de s'affubler d'un faux titre, aujourd'hui, à l'heure d'Internet où cette supercherie serait googellisée et découverte dans la seconde. La mode est à l'authenticité, telle que la pratique cette chère Anne-Louise.

François


Dernière édition par François Durazzo le Lun 17 Mar - 8:23, édité 4 fois

François Durazzo

Messages : 85
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Sur DEL BRADO

Message  nicurosu le Mar 11 Mar - 22:15

Bonsoir à toutes et à tous, et à vous, Cher François Durazzo,

J'ai attendu le retour au calme pour réenfourcher l'un de nos dadas.
Vous permettrez qu'avant de le faire, je salue les vainqueurs et fomule mes voeux de réussite dans le respect constant des valeurs et des symbôles républicains.

A propos de BRADO, qui, ainsi orthographié, signifie SAUVAGE en italien, je ne trouve en corse comme termes approchants que:
RIBRADUTU, signifiant résolu, déterminé (selon P. Marchetti),
SBRADATU, signifiant fendu, déchiré (région de Murusaglia).
Giovanni di la Grossa (1388 - 1463) cite un BRADACCIO DA CHIATRA (Cismonti).

Dans la liste des captifs et des tuteurs des biens de ces captifs sartenais, lors de la razzia de 1583 par Mammi Longho Corso, sont nommés:
Altobello, Raffaello et Vincente del Brado ,
sans indication d'aucun titre; il en est de même pour toutes les autres personnes nommées:pas de titre.
Chaque fois qu'une personne est désignée avec référence à un lieu, la formulation est:
G. da Moccà, F. da Zicccavo, ...
Deux exceptions: S. dell'Albellara et P. dalla Castola.
Ce qui m'amène à penser que BRADO n'est pas un lieudit, contrairement à ce que j'avais suggéré la 1re fois, et à vous rejoindre. La mutation PRATO>BRADO demeure en question.

En 1583, la population sartenaise est constituée des natifs des onze villages environnants qui ont été regroupés autour du PITRAGHJU après 1550, à l'initiative de Gênes, des soldats de la garnison, des artisans et commerçants très majoritairement génois. S'y ajoutent des apports de Moccà, Ziccavo (déjà!) , ...
La formulation DA comme dans la Chronique de notre voisin Giovanni di la Grossa, 150 ans plus tôt (exemples: A. da Laitalà, R. da Quenza, ...), m'incline à penser que A. DEL BRADO est une graphie toscano-génoise et que, par voie de conséquence, il s'agirait d'une famille d'origine ligure.

A propos du "Comte", on a le même point de vue: il est le produit de l'imagination de notre cher poète: le contexte le confirme: il nous narre par ailleurs, dans l'opuscule en question, les exploits du Comte Venturosu (fortin de l'Âge du bronze du plateau de Capu di Locu), attiré par les "beautés agrestes", puis ceux du Comte del Corbo (au dessus de Viggianello).
Or la Corse, si l'on excepte les temps mythiques de Arrigo Bel Misser (autour de l'an mil), n'a connu que cinq Comtes - de Corse - de la fin du XIIIe siècle, avec Giudici di la Rocca, à la fin du XVe siècle, avec Giovan Paolo da Leca. Il y eut ensuite, en 1736, les éphémères comtes théodoriens, dont Micheli Durazzo pour la Rocca, que le "Roi" affubla un moment du titre de Marquis, comme Giafferi, Paoli, Costa et Ornano - cela ne coûtait pas un écu à Théodore, au contraire.

A propos de NOBILE, je fais deux observations:
- son sens: doit-on ignorer le 1er sens du latin NOBILIS: connu, remarqué, méritant. Francis Pomponi, spécialiste du Moyen-Âge génois, opte pour "honorable".
- des Fozzani des années 1580 sont nommés "le Noble X" dans des documents des années 1770 fournis pour "la recognition de la noblesse de ...", alors que ces mêmes Fozzani se démenaient dans les années 1580 pour être reconnus par Gênes comme BENIMERITI, en vue de l'exemption de la taille et autres impôts.

Je reviendrai une prochaine fois sur ce que vous avez dit sur la "noblesse sartenaise" puis sur l'activité journalistique, littéraire et politique de Michel Lorenzi de Bradi.
A bientôt donc.
Nicurosu

nicurosu

Messages : 97
Date d'inscription : 03/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Les Bradi (suite...)

Message  François Durazzo le Dim 16 Mar - 18:01

Chers amis,
J'ai opéré quelques retouches à mes courriers précédents et j'ai notamment supprimé le petit différend avec l'administrateur de ce site qui craignait que certains de mes propos dérangent. Je précise à son intention, si besoin était, qu'il s'agit ici d'une chose seulement : établir des faits, s'appuyer de la manière la plus rigoureuse possible sur des faits historiques et vérifiés, dans le respect des familles. Tous ces éléments sont donc accessibles, en bibliothèque ou dans les archives.

Je reviens sur cette fort intéressante famille grâce à quelques nouvelles lectures, quelques vérifications et des informations fournies par Bruno Perrard, fils de Jacqueline de Roccaserra, qui est celui d'entre nous qui semble connaître le mieux la généalogie des familles sartenaises. Il vient de me fournir la généalogie de la mère de l'écrivain Michel Lorenzi de Bradi.

La relation entre la mère de notre écrivain et Pauline de Bradi

Marie-Aurélie Bradi, née en 1843, fille d’une Roccaserra et d’un Bradi mort en 1848, descend en droite ligne du "del Brado" présent à Sartène lors de la razzia évoquée antérieurement et représente la neuvième génération.

Joseph-Marie Bradi, né en 1771 (époux d’Agathe-Pauline CATLAC DE CEYLAN), femme de lettres française, née à Paris, le 1" mai 1782 et morte en 1847) se fait appeler comte de Bradi. Homme de grande culture, très introduit dans les milieux scientifiques et littéraires de l'époque, il est l'oncle de Marie-Aulérie, et donc le grand-oncle de notre écrivain. On ne peut donc imputer l'adjonction de ce titre aux Bradi restés à Sartène, qui n'en ont d'ailleurs nul besoin en Corse, où titres et particules ne naissent que par mimétisme avec la noblesse française, beaucoup plus structurée et réglée.
En effet, les Bradi sont alliés depuis longtemps à toutes les familles nobles de Sartène, les Pietri, Ortoli, Rocaserra, Peretti, Durazzo, Susini, familles qui sont toutes réputées descendre la la maison de la Rocca du XIV et XVe siècles, laquelle descend des premiers seigneurs corse et notamment de Ugo Colonna (mais Fernand Ettori a bien montré quelle pouvait être la part de la tradition orale dans cette affaire). André, le fils de Michel André Lorenzi de Bradi, s'est marié à une Lanfranchi, dont la famille originaire d'AltaRocca (Levie, Aullène) qui est aussi une des familles qui descendent de la maison de la Rocca.

Pauline de Bradi

Voici l'article du Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes ... de Gustave Vapereau, Paris, 1858, que j'ai moi-même légèrement complété.

Bradi (Agathe-Pauline CATLAC DE CEYLAN, comtesse DE), femme de lettres française, est née à Paris, le 1" mai 1782 [et morte en 1847] Fille d'un officier de cavalerie, elle fut mariée, à l'âge de dix-sept ans avec celui qu’elle présente comme le descendant d’un clan noble de Corse. Son époux est le comte Joseph-Marie Bradi, né en 1771, membre du collège électoral du département du Loiret, président d’assemblée du canton de Rebrechien et membre correspondant de la société des sciences et belles-lettres d’Orléans. Ils habitent au château de Rebrechien, près d’Orléans. Elle faillit mourir de faim à Gênes, lors de la défense de cette ville par Masséna. Liée d'amitié avec Mme de Genlis, qui se plaisait à la nommer son élève . elle ne fut pourtant décidée à écrire que par des revers de fortune. On a d'elle : Lettres d'une dame grecque écrites de l'île de Corse (1815). qui lui suscitèrent des tracasseries de la part de la police ; une suite de romans : L’Héritière corse (1823), Histoire de Vanina d'Ornano; Colonna (1825); Nouvelles (1825, 3 vol.) ; Une nouvelle par jour (1827); Les deux Chaumières (1852) ; Le Savoir-vivre en France (1840, plusieurs éditions); une Galerie des femmes célèbres qui n'a pas été terminée, etc. : enfin une foule de nouvelles ou d'articles dans le Dictionnaire de la Conversation, l'Encyclopédie des gens du monde, la Revue de Paris, le Plutarque français, les Cent et un, et les journaux destinés aux jeunes personnes. De leurs trois enfants, on connaît le sort des deux filles : Marie Laure, née le 9 octobre 1805, devient chanoinesse de l’Ordre Royal de Sainte-Anne de Bavi`ere et gouvernante du duc de Toscane; Marie-Eve, influencée par les activités journalistiques de sa mère, est justement cette éditrice-propriétaire du Journal des Dames et des Modes. Elle écrit sous le pseudonyme de Marie de l'Épinay.

Mystère des origines

L'origine de ces frères del Brado, présents dès la fondation de Sartène continue de poser problème à mes yeux, même s'il est acquis est bien un toponyme. L'armorial de la Corse donne quelques éléments sur l'ogine des Bradi quiremonteraient à Susino, mais c'est plutôt succinct et je n'ai pas bien compris comment s'opérait d'adjonction du toponyme Brado.
L'existence, somme toute très isolée, des frères Brado, signalés sans titre sur un document, l'absence totale de mention d'une famille Bradi dans les différents grands événements d’une île pourtant si peu peuplée est problématique et nous laisse sans ressources. Le site consacré à l’histoire de la Corse de Jean-Ours Caporossi qui compte près de 9000 personnages ne mentionne aucun del Brado, et seulement deux Bradi, juriste et diplomate, installés à Bastia au début du XIXe siècle. Ils portent déjà la particule (de), par mimétisme avec la noblesse française. Bruno Perrard me confirme qu'ils sont bien de cette même famille, cousins au sixième degré de Marie-Aurélie.

La mention d'un dello Brado (di u Prato / de Prato) au XVe siècle

En revanche, j’ai trouvé un texte à valeur juridique du XVe siècle, signé par un « dallo Brado », à propos des relations qui unissaient l’évéché d’Accia avec les moines de l’île de Ponte Cristo. Ce « dallo Brado » est un homme de loi originaire de la petite ville de Prato (U Pratu) à l’entrée de la Castagniccia. En effet dans l’île de Monte Cristo, où vécurent dès le Bas-Empire, les moines du monastère de San Mamiliano eurent des liens privilégiés dès le VIIe siècle avec l’évêché d’Accia, dont les ruines sont encore visibles près du col de Prato, sur le flanc nord-est du San Pedrone, à plus de 1000m d’altitude. Voici la fin de ce texte un peu long : « …ses associés. et Carlotto, également en son propre nom et en celui de ses héritiers, reconnaissent par-devant don Gherardo, abbé de Monte-Cristo, que leurs prédécesseurs payaient annuellement une rente féodale au monastère de San Mamiliano. En conséquence ils promettent de donner annuellement MX mesures de grains au susdit couvent, savoir : (bacini) pour la terre dite Trà le pubbliche, un setier pour celle de Vignole, et un autre setier pour le clos de Pontecchio, lorsqu’il aura été remis en culture ; moyennant quoi ils sont confirmés dans la possession des fiefs qu'ils tiennent de l'abbaye, sans que celle-ci puisse augmenter la rente à l'avenir. Fait sur la place de la Venzolasca, le 21 février 1417. Matteo dello Brado » . La graphie est donc déjà Brado et nom Prato, conformément à la prononciation du nord.

Pour l'instant, on ne peut pas parler d'autre chose que d'une simple homonymie entre les del Brado sartenais et le dello Brado de ce document, et je ne sais pas encore si un lien pourra être prouvé.
A bientôt,
avec peut-être de nouvelles découvertes,
François

François Durazzo

Messages : 85
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

D'où vient le nom de Bradi Empty Re: D'où vient le nom de Bradi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum